26 Aug 2013

Le taux national moyen des défaillances atteint un minimum record alors que les aînés s'endettent davantage - rapporte Equifax Canada

Toronto, ON, lundi le 26 août 2013 – Selon un rapport du 2e T d’Equifax Canada sur les tendances nationales du crédit à la consommation, le taux national des défaillances à 90 jours et plus a baissé ces trois dernières années au Canada pour atteindre un minimum record de 1,19 pour cent.

Toujours selon Equifax Canada, les consommateurs canadiens continuent d’augmenter leur fardeau de la dette malgré les récents efforts des autorités de réglementation de resserrer les normes en matière de prêts. La dette totale a atteint près de 77 milliards de dollars ou 6,1 per cent par rapport au niveau de l’an dernier qui a connu une hausse de 8,6 pour cent à cause des soldes des prêts automobiles et une hausse de 7,4 pour cent des créances hypothécaires impayées. 

Cristian deRitis, directeur principal des données économiques sur le crédit à la consommation à Moody’s Analytics, apporte le commentaire suivant au rapport d’Equifax « la demande accrue pour le crédit en dehors des hypothèques est positive à court terme pour l’économie, mais pourrait limiter la capacité des consommateurs qui dépassent leurs possibilités financières de réagir à tout nid-de-poule financier sur leur chemin dans l’avenir »

Le rapport d’Equifax révèle aussi que la dette moyenne des consommateurs de 65 ans et plus affiche la plus forte hausse de tous les groupes d’âge sur 12 mois, soit 6,5 pour cent.

Henrietta Ross, CF de l’Association canadienne des services de crédit conseil, souligne que « les années dorées que les retraités anticipaient ne se sont pas concrétisées, alors que l’endettement est en hausse pour les personnes de plus de 65 ans. Avec des revenus réduits, souvent associés à des dépenses accrues, ces personnes accumulent plus de dettes pour hausser leurs revenus par le truchement du crédit afin de pouvoir continuer de jouir du style de vie préretraite qu’ils ne pourront peut-être plus se permettre. Puis, elle ajoute à propos de cette tendance alarmante qu’ils accumulent peut-être aussi des dettes afin d’aider leurs propres enfants adultes ou leurs propres parents qui ont des problèmes financiers.»

Les taux de retards sérieux se remarquent à l’échelle de tous les produits de prêts dans toutes les provinces. Toronto affiche le taux de défaillance le plus élevé des grands centres urbains avec 1,56 pour cent de soldes non-hypothécaires mais s’est amélioré constamment depuis le maximum record de 2,53 pour cent atteint en 2010. La fraction des prêts hypothécaires en retard de plus de 90 jours est tombée à 0,27 pour cent au second trimestre par rapport au 0,33 pour cent il y a un an. 

«Le prix stable des résidences et les améliorations dans le marché de l’emploi devraient continuer de soutenir le marché dans l’avenir, alors que les perspectives du crédit à la consommation restent positives. Toutefois, une hausse soudaine des taux d’intérêt ou une détérioration dans les marchés clés de l’exportation présentent des risques pour cette prévision. » nous met en garde Monsieur de Ritis.

Pour plus de détails, cliquez ici.

Regina Malina, directrice de la modélisation et des analyses à Equifax Canada, ajoute « alors que les craintes d’une nouvelle récession s’estompent lentement, les consommateurs continuent d’accumuler des niveaux élevés de dettes, mais ont une plus grande responsabilité fiscale. »

 

Le rapport d’Equifax renferme les tendances sur les créances hypothécaires et les défaillances.

Voici les grandes lignes du portefeuille hypothécaire :

·        Le taux de défaillance à 90 jours et plus pour les hypothèques affiche une baisse de 19,2 pour cent par rapport à la même période l’an dernier, ce qui pourrait découler des règles plus strictes mises en place en juillet 2012 pour les prêts hypothécaires.

·        Les portefeuilles d’hypothèques augmentent à un rythme vigoureux, soit une hausse de 7,4 pour cent par rapport à la même période l’an dernier.

·        Les soldes hypothécaires moyens affichent des hausses faibles mais soutenues : 162 985 $ VS 168 387 $ (2e T/12 VS 2e T/13 respectivement).