10 Feb 2014

Equifax Canada rapporte que la dette à la consommation augmente à plus de 1,4 billion de dollars

TORONTO, le 10 février 2014 – Malgré un niveau d’endettement à la consommation qui s’approche à 1,422 billion de dollars à l’échelle nationale, le Rapport national d’Equifax Canada sur les tendances à la consommation du 4e T 2013 indique que le taux national des retards a atteint un nouveau minimum record à 1,12 pour cent.

« La croissance de la dette est un important indicateur de l’état de la santé financière des consommateurs qui devrait être pris au sérieux. Mais, dans la plupart des cas, les consommateurs et les prêteurs continuent d’être responsables quant à leur façon d’utiliser le crédit.  En bref, les mensualités sont effectuées. » nous explique Madame Regina Malina, directrice de la modélisation et des analyses à Equifax Canada en parlant de la dette à la consommation.

La dette à la consommation totale rapportée à Equifax a connu une hausse de 4,5 pour cent par rapport au 1,36 billion de dollars du 3e T de 2013. Selon un mode de classification des dettes, deux leviers poussent ces chiffres à la hausse, soient les secteurs des prêts à tempérament et des cartes de crédit qui affichent respectivement d’importantes augmentations de 11,0 pour cent et de 5,9 pour cent sur 12 mois.

Cristian deRitis, directeur principal du Consumer Credit Economics pour Moody’s Analytics, a commenté le rapport d’Equifax en ajoutant que « la dette à la consommation fait assurément sourciller. C’est un chiffre qui semble dépasser l’entendement. Cependant, les ratios du service de la dette sont stables et indiquent que la plupart des ménages ont des revenus adéquats pour s’acquitter de leurs obligations. »

Mr deRitis fait aussi remarquer que « les tendances du crédit à la consommation devraient rester fermes tout au long de l’année, alors que l’économie américaine en expansion fait augmenter la demande des exportations canadiennes. Les taux d’intérêt devraient rester relativement faibles tout au long de 2014, avec une hausse graduelle en 2015 et2016 alors que les économies canadiennes et américaines s’intensifieront. Cette période de transition devrait permettre aux consommateurs d’ajuster leurs habitudes de dépense tout en continuant de payer leurs dettes. »

Sur une base régionale, le Québec a le taux de défaillance le plus faible (0,98 pour cent) sur les prêts non hypothécaires alors que la région de l’Est affiche le taux le plus élevé (1,42 pour cent). 

Taux de défaillance
90 jours ou plus

               
Région        4e T 2012    1er 2013    2e T 2013    3e T 2013    4e T2013
                   
Ontario        1,37 %         1,37 %        1,35 %         1,28 %          1,23 %
Québec       0,97 %         1,00 %         0,99 %         0,96 %          0,98 %
Ouest          1,07 %         1,08 %         1,06 %         1,00 %          1,01 %
Est              1,47 %          1,50 %         1,51 %         1,42 %         1,42 %
Canada       1,19 %         1,20 %         1,19 %         1,13 %          1,12 %

Le meilleur rendement de paiement se retrouve à Calgary et à Edmonton avec moins de 1 pour cent des prêts en retard de 90 jours ou plus. Toronto a enregistré le pire rendement des grandes villes avec un taux de défaillance de 1,5 pour cent.

Toujours dans les grandes villes et tenant compte de la dette moyenne, Edmonton a connu la plus importante hausse sur 12 mois avec une augmentation de 5,3 pour cent. Également notable, la dette moyenne à  a baissé sensiblement de 4,4 pour cent. 

Dette moyenne - % de changement sur 12 mois

   
% de changement sur 12 mois            4e T 2012    1er T 2013    2e T 2013    3e T 2013    4e T 2013
                   
Calgary                                                   -1,4 %           2,1 %            3,6 %            3,8 %           1,9 %
Edmonton                                               -0,2 %           5,0 %            6,4 %            7,5 %           5,3 %
Vancouver                                                 4,3%           3,2 %            2,0 %           -0,3 %         -4,5 %
Montréal                                                   3,3 %           3,5 %            4,6 %            4,1 %           2,3 %
Ottawa                                                      3,1 %           2,6 %            4,2 %            3,3 %           2,1 %
Toronto                                                     1,2 %           0,7 %            2,4 %            1,6 %           0,0 %
Halifax                                                       3,7 %           2,5 %            3,3 %            2,8 %           3,0 %