06 Mar 2014

Equifax Canada prédit une forte croissance dans les secteurs canadiens et étatsuniens de l'automobile

TORONTO, le 6 mars 2014 – Equifax Canada prédit une croissance dans le secteur de l’automobile des deux côtés de la frontière sur la base du redressement de l’économie mondiale, les faibles taux d’intérêt continus, le potentiel des incitations des fabricants et la confiance accrue des consommateurs.

« Les interrogations sur les prêts et les créances automobiles continuent d’augmenter, poursuivant ainsi le rythme d’établissement de records de 2013. Cela indique clairement que les Canadiens achètent des voitures à un rythme record et nous ne voyons aucun signe de ralentissement en 2014. » explique George Staikos, leader du segment automobile et des ventes commerciales à Equifax Canada.

Les ventes des véhicules de tourisme ont augmenté de 4 pour cent l’an dernier et ont atteint un record de 1,74 million d’unités, dépassant la marque établie en 2002. En 2014, les experts de l’industrie prévoient de nouvelles ventes record  se chiffrant entre 1,76 et 1,78 million de nouveaux véhicules vendus. 

En revanche, aux États-Unis, la vente de nouvelles voitures continue de croître, mais le volume courant est toujours à environ 10 % sous le sommet de l’avant récession. En 2013, les nouvelles ventes ont été de 15,5 millions d’unités aux États-Unis, une hausse de plus de 1 million de véhicules par rapport à l’année précédente et de plus de 5 millions d’unités par rapport à la récession de 2009. Toutefois, la plupart des prévisions de ventes de nouvelles voitures et de camionnettes pour 2014 prédisent une année record entre 16,0 et 16,7 millions d’unités.

Lorsque l’on compare la demande de crédit automobile au même trimestre l’an dernier (T 4 de 2013 par rapport au T4 de 2012), cette demande est en hausse de 9 pour cent, reposant principalement sur l’Est du Canada et l’Ontario. Bien qu’une partie de cette augmentation soit attribuée aux crédits-bails, le principal catalyseur continue d’être la grande disponibilité du financement à long terme (72+ mois) avec des taux d’intérêt relativement faibles ainsi que de faibles taux de défaillances et de radiations.

« Bien que le secteur de l’automobile soit actif et affiche un grand potentiel financier, la hausse du crédit-bail est d’intérêt. En effet, cela illustre que les fabricants qui sont captifs du financement des concessionnaires sont prêts à combattre les offres attirantes de paiement des prêts à plus long terme proposés par les institutions financières.  » ajoute Monsieur Stakos.

Les taux de défaillance et les soldes moyens des faillites pour le secteur de l’automobile continuent d’être à leur niveau le plus bas.